Même Stellantis a compris qu’il n’était pas judicieux de tout miser sur les voitures électriques et développe des moteurs à combustion « sans émissions ».

Même Stellantis a compris qu’il n’était pas judicieux de tout miser sur les voitures électriques, elle développe des moteurs à combustion « sans émissions ».

/

Les Américains appellent cela « mettre tous ses œufs dans le même panier », alors que nous parlons ici de miser sur une seule carte. Après des années, les dirigeants des constructeurs automobiles ont compris qu’il s’agissait d’une voie potentielle vers la ruine, même pour les futurs conducteurs de voitures, et ils élargissent donc la gamme des alternatives.

J’explique constamment à mes enfants que l’argent que je dépense ne peut pas être dépensé à nouveau. Alors s’ils choisissent de dépenser une partie de leur salaire destiné à leur divertissement en trampolines un week-end, en karts le suivant, et en séjour à la montagne le troisième, alors même eux commencent à réaliser qu’ils n’ont pas de chance lorsqu’il s’agit d’un nouveau jouet. Mais les dirigeants des constructeurs automobiles qui ont décidé de l’orientation future de l’industrie ces dernières années ne semblent pas comprendre ce fait. Sinon, je ne peux pas expliquer leur pari risqué sur une seule carte.

Nous parlons bien sûr de l’électromobilité, qui a fait l’objet d’une attention presque constante ces derniers temps – et croyez-nous, cela ne nous réjouit pas. La raison en est la volonté des politiciens de l’imposer à tous, ce à quoi les fabricants se sont pliés plus ou moins facilement. D’un côté, ce n’est pas surprenant, car si l’on a une idée claire de la direction que prend l’industrie, il n’est pas nécessaire d’investir dans de nombreuses solutions, mais d’un autre côté, on ne peut pas ignorer qu’une façon aussi coûteuse et peu pratique d’alimenter les voitures ne convient tout simplement pas à tout le monde. Logiquement, vous n’aurez soudain plus rien à proposer à un grand nombre d’acheteurs potentiels.

Nous le soulignons depuis longtemps, mais sans succès jusqu’à présent. Mais comme nous l’avons laissé entendre à plusieurs reprises, 2023 sera un jour considéré comme l’année où le pain a commencé à se rompre. En effet, les fabricants ont enfin compris que la première vague de clients a déjà été satisfaite et qu’il sera difficile d’attirer tous les autres acheteurs. Pire encore, alors que les énormes investissements dans la mobilité électrique non rentable étaient retirés et que le prix des voitures à combustion interne était alourdi par les différents analogues des quotas d’émission, les ventes ont commencé à chuter parce qu’elles étaient devenues trop chères. Et lorsque vous ne vendez plus assez, vous êtes en difficulté en tant qu’entreprise ayant d’énormes coûts fixes.

Il n’y a donc pas que Toyota, Hyundai et BMW, d’autres constructeurs automobiles parlent soudain d’une plus grande granularité dans leurs portefeuilles. Si l’électromobilité reste une priorité, il ne semble pas possible de miser uniquement sur elle. L’évolution des batteries et l’extension de l’autonomie ne sont que légèrement à l’ordre du jour, mais la baisse spectaculaire des prix annoncée à maintes reprises est une promesse qui ne se concrétise pas. Il ne faut donc pas s’attendre à une deuxième, troisième ou même dixième vague de clients.

C’est pourquoi le groupe Stellantis, à l’instar du trio susmentionné, commence à miser sur les moteurs à combustion interne « sans émissions ». Ils peuvent l’être aussi, simplement en changeant de carburant. Bien sûr, l’expression « zéro émission » est aussi dénuée de sens que celle de voiture électrique, car comme pour l’électricité, les carburants doivent être produits d’une manière ou d’une autre, et avec zéro émission, cela n’arrivera jamais. Mais si nous considérons cela comme une solution propre une fois, nous devons le voir une deuxième fois. Et les constructeurs automobiles n’ont soudain aucun problème à jouer ce double jeu.

C’est ce qu’a confirmé son patron, Carlos Tavares, en assistant à l’inauguration de la nouvelle usine Symbio, un projet commun entre le groupe, le fabricant de pneus Michelin et l’équipementier automobile Forvia. Ce projet est axé sur la technologie de l’hydrogène, mais dans ce cas, le gaz le plus léger du monde sera utilisé par des piles à combustible. Mais Stellantis ne va pas s’en tenir là.

« L’injection d’hydrogène (dans les moteurs à combustion interne en tant que carburant – ndlr) est l’une des quatre technologies sur lesquelles nous travaillons », a déclaré M. Tavares. Il a également confirmé que les efforts des législateurs pour pousser des masses de gens vers les voitures électriques sont une folie qui n’a aucun fondement dans le monde réel. « La pensée dogmatique a finalement été rattrapée par la réalité, car si vous n’offrez pas de voitures abordables, les gens ne peuvent pas les payer », a-t-il ajouté. En d’autres termes, si votre salaire vous laisse moins que l’acompte d’une voiture électrique après avoir payé vos frais de subsistance, vous ne l’achèterez pas, comme ces jouets pour vos enfants, avec l’argent que vous avez dépensé pour d’autres passe-temps.

« La véritable bataille commence entre les piles à combustible, les voitures électriques, les moteurs à hydrogène et même les carburants synthétiques. Dans les deux prochaines années, nous verrons quelle sera la meilleure solution pour les gens », a déclaré M. Tavares. Ce faisant, il n’a fait que réitérer ce dont nous parlons depuis très longtemps. À savoir que le législateur ne devrait définir que la destination à atteindre, et non le chemin à suivre.

Selon le chef de Stellantis, il faut convaincre les législateurs d’associer à l’hydrogène le même soutien que celui qui a été associé à l’alimentation par batterie. Il ne s’agit pas seulement de l’infrastructure et de la garantie que l’hydrogène ne produira pratiquement pas d’émissions, mais aussi, selon lui, de subventions substantielles pour l’achat de ces voitures, sur une période de « trois à cinq ans ». Cependant, un tel projet rappelle déjà les problèmes que nous connaissons aujourd’hui.

Toyota, par exemple, a annoncé qu’il commencerait à commercialiser une nouvelle génération de voitures à hydrogène à partir de 2026, avec des « réductions de coûts significatives ». Tout cela s’est fait sans l’aide des politiques, notamment parce que les Japonais sont parmi les rares à comprendre que la voiture électrique n’est vraiment pas faite pour tout le monde. Stellantis a longtemps parié sur un tel projet, mais elle s’est rendu compte que ce n’était pas judicieux,

Même Stellantis a compris qu'il n'était pas judicieux de tout miser sur les voitures électriques et développe des moteurs à combustion
Le groupe Stellantis mise d’abord sur la technologie de l’hydrogène pour ses camionnettes, qu’il prévoit de produire à grande échelle à partir de 2026. Il travaille également sur des moteurs à combustion adaptés à la combustion du gaz le plus léger au monde, de sorte qu’il ne s’agit pas seulement de piles à combustible comme autre forme de stockage de l’énergie pour les véhicules électriques. Photo : Stellantis

Source : Autocar, Stellantis

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion des éditeurs ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.