Mercedes abandonne les modèles électriques EQ. Il a admis que personne ne voulait d’une voiture en forme de caisse à savon.

Mercedes met fin aux modèles électriques EQ. Il a admis que presque personne ne veut de voitures en forme de caisses à savon.

/

L’étoile à trois branches a opéré un revirement presque incroyable en l’espace de quelques jours. Après des années passées à baser la transition sur le passage à l’électricité en quelques années dans le cadre des modèles de QE, elle a réduit à néant à la fois les efforts déployés pour achever le processus d’ici à 2030 et les types de QE eux-mêmes. Ils doivent encore admettre l’utopie de l’état final rêvé.

On apprend en faisant des erreurs, nous dit-on depuis notre plus jeune âge. Mais alors que de nombreuses autres leçons de l’enfance restent gravées dans le cœur des gens pendant de nombreuses décennies, celle-ci semble être systématiquement oubliée par la plupart d’entre eux. Ce n’est certainement pas vrai uniquement dans le monde de l’automobile, mais surtout dans ce monde, il est apparu récemment à quel point il est difficile pour certains de faire face à la réalité et de dire qu’ils se sont tout simplement trompés. Seule une telle démarche ouvre la voie à une sorte de catharsis qui permet de corriger l’erreur et de ne pas la répéter.

Le résultat sera le même en fin de compte, car lorsque vous commencez à essayer de trouver une solution qui n’est tout simplement pas réalisable sur le plan technique, vous finissez de toute façon par choisir l’une des alternatives. Seulement, sans un regard réaliste sur vos propres échecs antérieurs, ce sera plus douloureux, plus difficile, et vous n’en tirerez pas les leçons nécessaires. C’est exactement le piège dans lequel se trouvent aujourd’hui les constructeurs automobiles qui, il y a quelques années, ont plus ou moins naïvement tout misé sur les voitures électriques, qu’ils étaient censés vendre maintenant à partir de 2025, maintenant à partir de 2030, maintenant à partir d’une autre date.

Tout cela était absurde, car c’est le genre de choses qu’il est impossible de prévoir raisonnablement dans l’état actuel de la technique. Pourtant, les entreprises en question l’ont fait et constatent aujourd’hui, à juste titre, que cela ne fonctionne pas. Les plans changent donc, mais cela ne les conduit pas à admettre qu’elles se sont trompées et à admettre, au moins pour la deuxième fois, que le cheval mort qu’elles ont enfourché ne galopera jamais. Au contraire, ils croient qu’en l’arrosant et en attendant quelques années, il finira par hennir.

En effet, après des années d’attente d’un miracle, il devient évident qu’il n’y en aura pas – les voitures électriques sous leur forme actuelle continuent d’être pénalisées par des batteries coûteuses, volumineuses et lourdes, dont la durée de vie est limitée et qui n’ont aucune chance d’être fondamentalement modifiées dans un avenir proche. Et même si elles venaient, les problèmes d’infrastructure et les limites de la production d’électricité ne permettront pas à elles seules de recharger toutes les voitures en circulation, même dans toutes les régions d’Europe (sans parler du monde, pour l’amour du ciel), d’une manière qui les rende raisonnablement utilisables, même dans de nombreuses années. Les voitures électriques peuvent faire partie de l’offre, de la solution à tout. Mais devenir la seule solution dans un an, deux ans ou six ans ? C’est absolument impossible.

Les constructeurs automobiles auraient pu et dû le savoir depuis longtemps, mais ils ne le découvrent que maintenant. Ainsi, Ford a abandonné ses projets absurdes de voitures électriques, Jaguar Land Rover les a abandonnés, et même Mercedes, qui, au lieu d’arrêter les ventes de voitures à combustion interne en 2030, promet maintenant de les vendre bien après cette date. Et l’étoile à trois branches va encore plus loin, comme l’a révélé Christoph Starzynski, vice-président du développement de Mercedes, dans une interview accordée à Top Gear.

Starzynski a admis que les modèles électriques comme l’EQE et l’EQS ne se vendent pas aussi bien que la direction du constructeur l’avait espéré. À la lumière de la déclaration susmentionnée du grand patron de l’entreprise, il est clair que le problème réside principalement dans le groupe motopropulseur électrique, mais de manière réaliste, l’entreprise voit également un problème dans le design de ces modèles. Ils sont presque informes et ressemblent à des caisses à savon, si ce n’est au savon lui-même. « Ces commentaires nous sont parvenus et nous les avons pris au sérieux », a déclaré Starzynski avec réalisme après que Top Gear lui a demandé si le design, qui, tout en contribuant au faible coefficient de traînée dans l’air, est par ailleurs tout simplement rebutant, n’était pas un peu excessif pour le public cible.

Le constructeur automobile va donc faire une croix sur les modèles EQ et cesser d’utiliser cette appellation. Il modifiera également l’apparence des futures versions, en s’inspirant davantage des lignes suggérées par le nouveau concept CLA. « Si nous regardons le langage du concept CLA et que nous nous projetons un peu plus dans l’avenir, nous pouvons certainement voir que nous nous en inspirerons », a déclaré Christoph S. Une petite erreur, mais aucune de ces étapes ne signifie une véritable comparaison avec la réalité de Mercedes.

Comme Ford et Jaguar, Mercedes, après avoir tenu de tels propos, ne peut admettre par la bouche de ses représentants qu’elle n’a pas pris le bon chemin et qu’elle doit apprendre de ses erreurs passées plus qu’en continuant à faire la même chose, juste un peu différemment et un peu plus tard. Car ce n’est pas comme si c’était la bonne voie au mauvais moment, ce qui est loin d’être faisable. Il s’agit d’une décision fondamentalement absurde, fondée sur l’idéologie et non sur la rationalité technique et économique. Et il n’y a qu’une seule approche sensée : nous proposerons toujours la meilleure solution globale et la plus efficace disponible à un moment donné.

Ni Mercedes ni Starzynski ne sont si loin du compte. « En fin de compte, notre objectif ultime est de passer au tout électrique », poursuit-il en répétant les mêmes absurdités, ajoutant qu’il voudra passer aux voitures électriques, mais avec d’autres noms, d’autres designs, et un peu plus tard. Peut-être la prochaine fois. Il est certain qu’une évolution, même mineure, vers une pensée réaliste est positive et mérite d’être applaudie. Mais tant que les constructeurs n’abandonneront pas les visions fondées sur des objectifs dogmatiques, ils n’auront aucune chance de revenir au fonctionnement efficace que la plupart d’entre eux ont abandonné sans sourciller au cours des dernières années.

Mercedes en a fini avec les modèles électriques EQ. Admet que presque personne ne veut de voitures avec des formes de caisses à savon - 1 - Mercedes EQS 450 range test Top Gear ilu 01Mercedes met fin aux modèles électriques EQ. Il admet que presque personne ne veut de voitures aux formes de caisses à savon - 2 - Mercedes EQS 450 range test Top Gear ilu 02Mercedes met fin aux modèles électriques EQ. Il admet que presque personne ne veut de voitures en forme de caisse à savon - 3 - Mercedes EQS 450 range test Top Gear ilu 03Mercedes met fin aux modèles électriques EQ. Il admet que presque personne ne veut de voitures en forme de caisse à savon - 4 - Mercedes EQS 450 range test Top Gear ilu 04Mercedes met fin aux modèles électriques EQ. Essai de la gamme Mercedes EQS 450 Top Gear ilu 05Mercedes met fin aux modèles électriques EQ. Il admet que presque personne ne veut de voitures en forme de caisse à savon - 6 - Mercedes EQS 450 range test Top Gear ilu 06
Inesthétiques, inutiles et fondamentalement indésirables, voilà ce que sont généralement les modèles EQ de Mercedes. Le constructeur automobile l’a bien compris et a donc renoncé à l’électrification complète de son portefeuille d’ici 2030, les modèles EQ étant terminés et le design de caisse à savon abandonné. Mais sans un changement vers la « solution finale » de la mobilité 100% électrique quelque part au loin, il continuera à essayer de galoper sur un cheval mort. Photo : Mercedes-Benz

Sources.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.