Mercedes refuse d’abandonner la C 63 AMG avec un quatre cylindres au lieu d’un V8, même si personne n’en veut. On dit qu’elle est « très, très progressiste »

Mercedes refuse de faire une croix sur la C 63 AMG équipée d’un quatre cylindres au lieu d’un V8, même si personne n’en veut. On dit que c’est « très, très progressif ».

/

Mercedes a déjà laissé entendre qu’elle ne proposerait que ce concept controversé, même si l’accueil des clients a été presque entièrement négatif et qu’il n’a guère de sens d’un point de vue technique ou de la conduite. Aujourd’hui, il confirme qu’il n’y a vraiment pas de retour en arrière possible.

En tant que passionnés d’automobile, nous n’aimons pas l’admettre, mais il existe suffisamment de voitures que l’on peut qualifier de biens de consommation achetés par des personnes sans aucun attachement émotionnel. Nous ne sommes pas du tout d’accord pour dire que le fonctionnement ou le prix d’une voiture n’a pas d’importance dans ce cas, mais les gens ne se soucient pas des mérites techniques de la voiture. Qu’elle soit propulsée par un moteur à essence, diesel, hybride ou électrique ou même par les jambes de Fred Flintstone n’a aucune importance pour les clients. Que certaines de ces solutions techniques excluent à elles seules une voiture satisfaisante ou un coût de propriété acceptable aujourd’hui, laissons cela de côté.

Ainsi, le fait que Mercedes ait décidé de passer à des motorisations purement quatre cylindres pour la nouvelle génération de Classe C, uniquement pour minimiser les émissions de CO2 sur le papier, ne préoccupe généralement pas les acheteurs des versions régulières. La grande majorité d’entre eux vont de toute façon opter pour un modèle comme la C 220d, qui est fondamentalement identique à la précédente, de sorte qu’il ne saurait être question d’une quelconque détérioration majeure. Mais c’est différent avec les versions sportives.

Personne n’achète des dérivés sportifs parce qu’ils sont rentables ou parce qu’ils ont une bonne dynamique sur le papier, ils doivent fonctionner d’une manière beaucoup plus complexe et récompenser le propriétaire avec les sentiments qu’ils évoquent. L’achat d’une telle voiture est, en résumé, une affaire émotionnelle, vous devez en être heureux, et c’est ce que vous obtenez en vous amusant un peu avec elle sur une route départementale déserte ou un circuit. Par ailleurs, certains changements techniques ne vont pas de pair : les transmissions électriques ou électrifiées sont très lourdes, elles n’offrent pas une dynamique constante, et des choses comme le son sont plus ou moins hors de question. Vous pouvez trouver cela puéril, mais les constructeurs automobiles ne sont pas là pour dire à leurs clients ce qu’ils doivent aimer, ils sont là pour répondre à leurs souhaits. Et Mercedes échoue de plus en plus à le faire avec les nouvelles versions AMG.

Le passage de la version C 63 d’AMG d’un moteur à huit cylindres à un moteur hybride à quatre cylindres en est un excellent exemple. Il s’agit d’un concept intrinsèquement dysfonctionnel, d’un non-sens technique, d’une concession aux normes et de rien d’autre. Cette façon de faire répond aux souhaits d’exactement 0 % des clients, personne ne l’a demandé, personne n’avait de raison de le vouloir. Nous avons mentionné les raisons à maintes reprises, en particulier le poids, la manifestation et la distribution incohérente de la puissance qui la rendent non compétitive par rapport à d’autres concepts. J’ai personnellement eu l’occasion de conduire la voiture entre-temps et c’est vraiment décevant – le poids de plus de 2,1 tonnes est perceptible en permanence sur la voiture et même à pleine puissance, elle n’impressionne pas sur le plan dynamique. De plus, lorsque son concept est mis à mal par une panne d’électricité, l’expression de la voiture est carrément fade. Il n’est pas étonnant que le nombre de commentaires élogieux sur ce groupe motopropulseur soit proche de zéro, que même la presse allemande ne comprenne pas ce choix et que l’intérêt des clients soit minime.

Depuis un certain temps, on spécule que Mercedes s’est pris les pieds dans le tapis et qu’elle va modifier sa voiture après ce faux pas. Après tout, la CLE 53 AMG révélée entre-temps, qui repose exactement sur la même plate-forme, possède toujours au moins un moteur six cylindres, et il ne serait pas difficile de rectifier le tir de cette manière. Cependant, nous en sommes arrivés au point absurde où la version 53 du « coupé C » offre plus que la version 63 de la berline ou du break C (et devinez pourquoi : Mercedes dit que le CLE se vendra principalement aux Etats-Unis, il n’y a pas besoin de faire de la magie avec les émissions de papier…), mais le constructeur ne veut tout simplement pas le faire.

Si Michael Schiebe, le patron d’AMG, admet dans une interview accordée à Top Gear que les clients ont demandé pourquoi la division a abandonné le moteur V8 pour un concept aussi controversé, cela ne fait pas avancer les Allemands dans leur direction. « Nous voulons être très, très progressifs en matière de technologie. Et nous sommes convaincus du concept de l’hybridation, donc nous allons rester avec le quatre cylindres », a-t-il déclaré, ajoutant que si AMG ne peut pas convaincre les fans de V8 d’acheter un quatre cylindres de deux litres, Schiebe affirme que la C63 hybride rechargeable a attiré des acheteurs qui n’auraient pas été intéressés par une berline de sport. Nous aimerions les voir, au moins en Europe ou aux États-Unis ; les concessionnaires ne les connaissent certainement pas.

Nous restons convaincus que le choix de Mercedes est une façon « bien tchèque » de dire perdant-perdant, juste double-perdant. Le constructeur n’a rien gagné en substance, car il aurait pu utiliser pratiquement n’importe quoi pour une version aussi marginale, étant donné l’étendue du portefeuille de la Classe C et le centre de gravité des ventes (57 % de diesels à quatre cylindres cette année). Et comme la concurrence reste au moins sur les six cylindres, le résultat sera une perte non seulement en termes techniques mais aussi en termes de ventes. Mais qui veut savoir où…

Mercedes refuse de faire une croix sur la C 63 AMG à quatre cylindres au lieu d'un V8, même si personne n'en veut. On la dit Mercedes refuse de faire une croix sur la C 63 AMG à quatre cylindres au lieu d'un V8, même si personne n'en veut. Elle serait Mercedes refuse de faire une croix sur la C 63 AMG à quatre cylindres au lieu d'un V8, même si personne n'en veut. Elle est dite
En tant que berline et break, la nouvelle Mercedes C 63 S fait l’objet de critiques successives de la part de la presse et des clients. Mais AMG affirme qu’il s’agit d’une solution « très, très progressiste » et qu’elle s’y tiendra même si les brouettes tombent. Photo : Mercedes-Benz

Sources.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.