Renault arrête la division électrique autonome d’Ampere, craignant le même fiasco que Volvo

Renault met fin à l’indépendance de la division électrique d’Ampère et craint le même fiasco que Volvo

/

De manière réaliste, les Français ont reconnu que, dans la situation actuelle du marché, ils ont beaucoup plus à perdre qu’à gagner avec cette initiative. Ils ont donc tout simplement laissé tomber. Les difficultés rencontrées par une division de Volvo, dont la ségrégation est similaire, ont dû leur servir d’avertissement.

Le monde de l’automobile sort de sa torpeur électrique, c’est une évidence depuis quelques mois. Tout le monde ne l’admet pas, mais dans le contexte actuel, on ne voit pas ce qui pourrait inverser la tendance. Pour beaucoup, l’époque des comportements économiques fantaisistes des États et des peuples est révolue, et les voitures électriques ne sont rien d’autre qu’un caprice. Le monde connaît des moyens de transport individuels plus efficaces et s’y intéressera d’autant plus qu’il aura moins d’argent à gaspiller.

Une partie de l’évolution récente a été l’entrée en bourse d’entreprises automobiles totalement insignifiantes. Cette bulle est en train d’éclater, mais elle était absurde dès le départ et peut servir aujourd’hui de preuve du peu de rationalité dont les marchés boursiers peuvent faire preuve. À un moment donné, les investisseurs ont cru que les voitures électriques étaient le seul avenir possible et ils s’attendaient à ce que celui qui prendrait le train électrique le plus tôt fasse un malheur. Sur quelle base ? L’idée que si vous arrivez sur le marché avec une voiture deux fois plus chère et au moins deux fois moins utilisable, dont les ventes dépendent essentiellement des subventions, de la redistribution et d’autres expressions de la volonté politique, les gens tomberont sur le cul ?

Cela ne peut jamais arriver, ce raisonnement est fondamentalement erroné. Il n’est donc pas étonnant que des entreprises comme Rivian, Lucid et Fisker aient perdu respectivement 88, 94 et 97 % de leur valeur par rapport à leur sommet boursier. Et franchement, certaines d’entre elles sont encore surévaluées. Comme Rivian, avec une capitalisation boursière de 15,44 milliards de dollars ? Ou Lucid, avec 7,72 milliards ? Bon sang, cette dernière entreprise a vendu exactement 6 001 voitures l’année dernière, rien que ça. Et elle est censée valoir presque autant que Renault (11,27 milliards de dollars), qui a vendu 2,24 millions de voitures l’année dernière ? Comment et par quelle justification cela se justifie-t-il ?

Eh bien, rien, mais même les « anciens » constructeurs automobiles l’ont vu, bien sûr, et ont voulu en profiter au moins un peu. En fin de compte, pourquoi pas – si quelqu’un est prêt à déverser de l’argent dans un tel projet, pourquoi ne pas le permettre ? Certains constructeurs ont donc commencé à travailler à la séparation de leurs « activités électriques » en sociétés distinctes, dont l’introduction en bourse permettrait de lever des capitaux pour les consacrer à leurs propres canaux – les voitures électriques non désirées – pour changer. C’est ce qu’a fait Volvo (avec sa société mère Geely), qui a créé Polestar en tant que marque distincte. Cela s’est bien passé, les sous ont coulé à flots, mais ce n’était pas viable et Polestar est maintenant en difficulté, et les sociétés mères n’auront peut-être pas d’autre choix que de la racheter. Dans le cas contraire, elles pourraient avoir du mal à éviter la faillite de l’entreprise.

Renault a réfléchi dans le même sens en créant une division distincte, Ampere, pour couvrir toutes ses activités dans le domaine des voitures électriques. L’objectif était de commercialiser cette partie de Renault en tant qu’entreprise distincte par le biais d’une introduction en bourse prévue, mais cela ne se produira pas. Bien que Renault soit fier d’avoir créé Ampere comme « le seul acteur européen purement dans le domaine des véhicules électriques et des logiciels », selon son communiqué de presse, et que la société soit effectivement en mesure de fonctionner comme une entreprise autonome, l’introduction en bourse prévue pour cette année n’aura pas lieu, selon les Français. L’indépendance totale, et donc capitalistique, de l’entreprise n’aura pas lieu.

Renault dit diplomatiquement que « les conditions boursières actuelles ne permettent pas de poursuivre de manière optimale le processus d’introduction en bourse dans le meilleur intérêt du Groupe Renault, de ses actionnaires et d’Ampère elle-même », mais traduisons les « humanités » comme suit : les gens ne sont plus disposés à verser des milliards dans une telle entreprise sans réfléchir, et le constructeur automobile ne veut donc pas risquer la perte potentiellement coûteuse d’un contrôle total. L’exemple de Polestar montre donc qu’une évolution négative pourrait menacer la viabilité d’Ampere elle-même, de sorte qu’une introduction en bourse n’a pas de sens.

Renault, malgré cette annonce destructrice, a négligé d’ajouter que l’équipe Ampère reste « pleinement engagée dans sa stratégie », car l’homme à la sacoche n’a pas non plus été autorisé à passer. Mais l’embarras de Renault, c’est qu’après avoir laissé filer la lucrative option de souscription initiale, il devra financer lui-même les activités d’Ampere. A ce propos, le constructeur automobile précise qu’Ampere reste déficitaire, mais qu’il pense que le point de bascule se fera dès 2025. Ce ne sera donc pas cette année, c’est sûr.

Luca de Meo, PDG d’Ampere et du Groupe Renault, a déclaré : « Aujourd’hui, nous avons pris une décision pragmatique. Nous sommes tous concentrés sur la mise en œuvre de notre stratégie et sur notre capacité à créer de la valeur pour tous nos actionnaires. En créant une entreprise centrée à 100 % sur les véhicules électriques et les logiciels, nous avons construit une entité agile et compétitive en un temps record. Nous avons le bon état d’esprit pour innover en permanence, ce qui est exactement ce qui fera le succès d’Ampere dans ce nouvel environnement plein de défis. De belles paroles, mais peut-être que seuls M. de Meo et ses collègues y croient. Sinon, l’introduction en bourse presque achevée n’aurait pas eu lieu.

Renault arrête la division électrique autonome Ampere, craignant le même fiasco que Volvo - 1 - Renault Ampere IPO 2024 fin 01
Toutes les voitures électriques de Renault continueront d’être chapeautées par Ampere, mais cette dernière ne deviendra pas une entité complètement distincte. Craignant un fiasco, Renault a annulé son introduction en bourse prévue cette année. Photo : Renault

Renault, Autocar

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion du rédacteur ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.