VW a vraiment tué la Golf GTD. L’explication du patron du développement n’a pas autant de sens que la « décharge » de la version GTI

VW a vraiment tué la Golf GTD. L’explication du chef du développement n’est pas aussi logique que la « décharge » de la version GTI

/

Une ère commencée il y a 42 ans s’est brusquement achevée. Pourquoi ? Telle est la question, mais n’espérez pas obtenir une réponse claire, même de la part du responsable du développement de Volkswagen. Il dit des choses qui n’ont tout simplement pas de sens dans un contexte plus large.

Nous sommes en 1982 et Volkswagen est encore en train de jeter les bases de ce qui deviendra la voiture populaire la plus polyvalente du monde. À l’époque, la société vendait encore sa Golf dans sa première génération, après avoir lancé la GTD – un dérivé diesel de la très populaire GTI, censé combiner sportivité et facilité d’utilisation au quotidien, avec de faibles coûts d’exploitation. Avec un 1.6 turbo diesel de 70 ch, on peut se demander dans quelle mesure le premier était de trop, mais avec un poids de 865 kg, cette voiture ne pouvait pas se tromper.

Quoi qu’il en soit, ce fut un succès commercial et la Golf GTD n’a jamais vraiment disparu de la gamme. Son nom a disparu pendant un certain temps (la Golf IV similaire portait le nom de GTI TDI et la Golf V GT TDI), mais elle a survécu à l’affaire du Dieselgate et s’est vendue avec succès en tant que Cessna diesel dans ses sixième, septième et huitième générations. J’ai pu faire l’expérience de ces trois dernières générations, et dans chacune d’elles, j’ai trouvé que la GTD était une voiture sympathique – il n’y avait aucun problème à la conduire sur l’Autobahns en tout confort à des vitesses comprises entre 180 et 200 km/h et à obtenir environ 7 litres de diesel pour 100 km de conduite. Essayez d’égaler cela avec une voiture d’un autre concept.

La dernière GTD, construite sur les fondations de la Golf Gen Eight, souffrait certes des problèmes de la Eight elle-même, et perdait pour la première fois la désirable boîte de vitesses manuelle, mais c’était l’un des meilleurs dérivés proposés. La voiture a été équipée d’un 2.0 TDI de 200 ch, qui se conduit très bien pour la première fois et qui est très raffiné pour une voiture avec un quatre cylindres de deux litres. Nous ne pouvons pas dire exactement quel a été son succès sur le marché, car nous ne disposons pas de statistiques aussi détaillées et VW refuse de communiquer des données spécifiques. Cependant, si l’on regarde la gamme des voitures d’occasion allemandes, il semble qu’elle représente environ 26 % des ventes de Golf GT, ce qui n’est pas mal du tout compte tenu du statut d’icône de la GTI à essence. Dans le même ordre d’idées, la part des ventes de la génération précédente est pratiquement la même, de sorte qu’il ne peut être question d’une quelconque perte d’intérêt sur ce marché clé.

Nous avons donc été très surpris lorsque VW a dévoilé la semaine dernière un lifting peu convaincant de la Golf de huitième génération et n’a rien dit de la version GTD. On aurait pu croire qu’elle était finie, ce qui aurait été surprenant avec une simple mise à jour intergénérationnelle. Mais c’est un fait, comme l’a confirmé Kai Grunitz, le patron du développement de Volkswagen, à nos collègues de Car Throttle. Une telle chose n’appelle logiquement qu’une seule question : pourquoi ?

La question a été posée, mais ne vous attendez pas à une réponse, du moins pas à une réponse honnête. Heureusement, Grunitz n’a pas invoqué une perte d’intérêt, car celle-ci n’existe manifestement pas, mais il a évoqué une autre raison douteuse : « La décision de supprimer la GTD a été prise afin de concentrer le développement sur les variantes (rechargeables – ndlr) eHybrid et GTE », a-t-il déclaré, ajoutant que les deux diesels sans les lettres GT dans le nom restent dans la gamme. Il a ajouté : « Nous croyons toujours au diesel : « Nous croyons toujours au diesel. Il ne va donc pas disparaître, mais l’objectif du groupe de clients est un peu différent ».

D’un côté, il veut dire : VW a choisi d’autres priorités. Certes, c’est douteux, mais cela correspond à ses décisions absurdes de ces dernières années – la GTI est un succès, la GTD se vend très bien, la GTE est la dernière sur la liste, et surtout après la fin des subventions allemandes pour les hybrides rechargeables, la GTE se vend très mal, donc la GTE a la priorité. Mais même si nous acceptons cette approche, quel est l’intérêt de terminer par la GTD ? Après tout, il s’agit d’un lifting, des améliorations ont certainement été apportées, mais cette voiture est terminée depuis longtemps. Et même si VW n’y avait pas touché, elle se serait quand même bien vendue avec une carrosserie différente. Mais pour une raison ou une autre, elle devait sortir de la timonerie.

Cette raison existe certainement, mais elle n’est pas rationnelle. C’est exactement la même chanson que la version à boîte manuelle de la GTI, que VW a également éliminée de la gamme avec le lifting, même si la moitié des acheteurs sur certains marchés importants la préfèrent. Là encore, il suffisait à VW de la conserver, mais non, VW l’a activement supprimée.

Quel genre de signal est-ce là pour les clients ? Volkswagen s’est égaré et il va falloir des changements drastiques dans la façon de penser de l’entreprise pour revenir sur la bonne voie. Retirer la Golf de la gamme GTI avec le facelift avec la boîte manuelle et la GTD dans son ensemble n’a absolument aucun sens compte tenu de ce que VW a gagné (presque rien) et perdu (beaucoup) en faisant cela. Et pourtant, c’est ainsi qu’il agit ?

VW a vraiment tué la Golf GTD. L'explication du responsable du développement n'est pas aussi logique que la VW a en fait tué la Golf GTD. L'explication du chef du développement n'est pas aussi logique que la version VW a en fait tué la Golf GTD. L'explication du chef du développement n'est pas aussi logique que la version
La VW Golf GTD (ici dans sa septième génération en break) était une petite cessation sympathique. On ne peut plus l’acheter, bien qu’elle se soit vendue de manière très respectable même dans sa huitième itération. Nous n’avons aucune idée de la raison pour laquelle cela s’est produit. Photo : Volkswagen

Sources.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion de la rédaction ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.