Une autre Octavia chinoise bon marché est arrivée en Europe, coûtant à partir de 220 000 euros dans son pays d’origine. Les Chinois « génèrent » un rival après l’autre pour Skoda.

Une autre Octavia chinoise bon marché est arrivée en Europe, chez nous elle coûte à partir de 220 mille. Les Chinois « génèrent » un rival après l’autre pour Skoda

/

Les constructeurs de l’Empire du Milieu ont une approche remarquablement vivante de la question, et ils découpent littéralement des voitures similaires comme des perceuses Bata. Le géant Geely est peut-être celui qui est allé le plus loin. Il s’agit d’une nouvelle tentative sous la marque Livan, avec un nom qui ne plaira pas à Audi.

Vous pouvez l’admirer, vous pouvez vous en émerveiller, vous pouvez le mépriser, mais il ne devrait pas vous échapper. Il s’agit d’une approche chinoise visant à générer littéralement de nouveaux modèles de voitures, qui dépasse de loin ce que VW a commencé à laisser entrevoir. Elle a pris la Golf et, surtout depuis sa quatrième génération, a commencé à construire une voiture après l’autre sur les fondations de ce modèle. La Skoda Octavia est arrivée, l’Audi A3 est arrivée, plusieurs Seat sont arrivées, nous pouvons revenir à VW avec la Bora, la Jetta, l’Eos, plusieurs monospaces, finalement la Passat a commencé à être construite sur les fondations de la Golf, et aujourd’hui la nouvelle Superb arrive… Cela en dérange certains, mais les Chinois sont passés à un tout autre niveau.

Alors qu’il semble que les voitures se vendent comme des coquelicots en Europe, il n’y a en fait que quelques grandes marques grand public. En Chine, il y en a environ 150, dont vous n’avez jamais entendu parler (environ 137). Elles ont l’habitude de proposer plusieurs générations de la même voiture, sur la même base ou sur des bases différentes, en même temps, et si elles y parviennent, elles sont rachetées par l’un de leurs plus grands concurrents, qui n’a aucun problème à prendre leurs modèles, à les emballer sous le couvert de la marque rachetée et à continuer d’ajouter de plus en plus de voitures similaires à son portefeuille. Et lorsque les Chinois s’intéressent à un certain concept de voiture à succès, ils inondent le marché de milliards de dollars avec d’innombrables offres jusqu’à ce qu’ils « l’aspirent ».

C’est ainsi qu’ils ont jeté un coup d’œil aux chiffres de vente de la Skoda Octavia, réalisé qu’elle n’était pas devenue un best-seller par hasard, et commencé à envoyer sur le marché une berline ou un liftback compact surdimensionné(e) après l’autre. Aujourd’hui encore, ils continuent d’en produire et, lorsqu’ils estiment que la Chine est envahie par ce type de voitures, ils les reprennent et se lancent à l’assaut du reste du monde avec elles. L’Octavia a été et est toujours un succès pratiquement partout, c’est donc toujours une bonne recette pour le succès des ventes. Et il y a fort à parier que ces voitures feront également leur apparition en Europe.

Ces dernières années, nous avons beaucoup écrit sur la myriade d’alternatives chinoises aux voitures Skoda les plus désirables qui font lentement leur chemin jusqu’ici. C’est intéressant non seulement parce que Skoda est une marque tchèque et que l’Octavia est naturellement populaire chez nous, mais aussi parce que les Chinois l’ont pratiquement éliminée de leur marché grâce à des alternatives moins chères. Il ne sera pas facile de répéter cela ailleurs, en particulier parce que le public européen est relativement conservateur, mais ils essaieront certainement.

La preuve en est un autre nouveau produit qui vient d’arriver en Europe. Il s’agit d’un produit de l’entreprise automobile Lifan, qui s’appelle Livan en Europe et qui, comme d’habitude, part de Russie via d’autres marchés environnants. Bien qu’il s’agisse d’un « produit de l’entreprise automobile »… Cette voiture a été construite exactement comme décrit ci-dessus, sa provenance est donc un peu plus compliquée. Livan était une marque indépendante qui vendait ses propres modèles, mais comme elle a réussi, elle a été rachetée l’année dernière par le conglomérat géant Geely, qui contrôle déjà tout, de Volvo à Lotus en passant par la plus grande partie de Mercedes (par l’intermédiaire de son propriétaire). Livan était un morceau facile pour lui, et c’est ainsi qu’elle est maintenant tout simplement la sienne. Et que feront les Chinois dans ce cas ? Ils prennent un modèle maison déjà existant, lui donnent une livrée légèrement différente, un logo, modifient légèrement le tout et voilà le 110e équivalent d’une offre déjà plus ou moins familière.

C’est ainsi qu’est né le Livan S6 Pro, qui est un Geely Emgrand modifié. Nous avons donc l’honneur d’une compacte de 4,7 mètres (Octavia 4,69 m) avec un empattement de 2,7 mètres (Octavia 2,67 m, les Chinois en rajoutent toujours un peu…), qui sera vendue en Europe en deux versions avec des moteurs partagés avec Volvo. Nous avons donc deux variantes du 1,5 litre essence turbo, la première offrant 147 et la seconde 180 chevaux. Toutes deux sont disponibles de série avec une boîte automatique à double embrayage à 7 rapports.

La voiture, qui porte un nom peu susceptible de plaire à Audi, sera importée en Europe en trois niveaux de finition fixes : Luxury, Premium et Flagship. Même la version de base Luxury offre la climatisation, un tableau de bord numérique et un système d’infodivertissement avec un écran de 12,3 pouces, une caméra de stationnement, l’accès sans clé, des sièges avant chauffants, un volant multifonction, un toit ouvrant électrique, des jantes de 17 pouces, des phares LED, l’ABS, l’ESP, une série d’airbags et diverses autres aides.

La version Premium est également équipée de rétroviseurs rabattables électriquement, d’un réglage du siège conducteur et d’un meilleur système audio avec six haut-parleurs, tandis que la version Flagship ajoute quelques éléments supplémentaires, notamment un moteur plus puissant – les versions plus abordables ne sont disponibles qu’avec le moteur de 147 ch. La palette de couleurs est ennuyeuse : blanc, gris, bleu et la fin. L’intérieur est très similaire.

Il s’agit donc d’une voiture bien équipée, dotée d’une technologie décente, mais d’une offre plutôt « basique ». Mais les sentiments mitigés sur certains aspects sont facilement détournés par le prix, qui commence à moins de 70 000 CNY en Chine, ce qui se traduit par environ 220 000 CZK. Il n’est pas étonnant que l’Octavia n’ait aucun moyen de répondre à de telles offres. En Russie, les prix sont nettement plus élevés, allant de 2 429 900 RUB à 2 749 900 RUB, soit entre 594 et 672 000 CZK. Mais le taux de change du rouble est quelque peu déroutant, et les prix des voitures chinoises en Australie, par exemple, plus proche de nous, se situent généralement entre les prix chinois et russes.

Que diriez-vous donc d’une telle voiture pour environ 400 000 CZK ? Il est réaliste de penser que nous pourrions également en voir une, que ce soit sous la forme d’une Livan, d’une Geely, d’une Proton ou de toute autre marque gérée ou « générée » par Geely. Étant donné que la voiture utilise une technologie qui sous-tend certaines des voitures homologuées pour la vente dans l’UE, il s’agit d’une question de décision commerciale.

Une autre Octavia chinoise bon marché est arrivée en Europe, coûtant à partir de 220 000 euros dans son pays d'origine. Les Chinois Une autre Octavia chinoise bon marché est arrivée en Europe, elle coûte à partir de 220 000 euros chez nous. Les Chinois Une autre Octavia chinoise bon marché est arrivée en Europe, elle coûte à partir de 220 000 euros chez nous. Les Chinois Une autre Octavia chinoise bon marché est arrivée en Europe, elle coûte à partir de 220 000 euros chez nous. Les Chinois Une autre Octavia chinoise bon marché est arrivée en Europe, elle coûte chez nous à partir de 220 000 euros. Les Chinois Une autre Octavia chinoise bon marché est arrivée en Europe, elle coûte chez nous à partir de 220 000 euros. Les Chinois Une autre Octavia chinoise bon marché est arrivée en Europe, elle coûte chez nous à partir de 220 000 euros. Les Chinois Une autre Octavia chinoise bon marché est arrivée en Europe, elle coûte chez nous à partir de 220 000 euros. Les Chinois Une autre Octavia chinoise bon marché est arrivée en Europe, elle coûte chez nous à partir de 220 000 euros. Les Chinois Une autre Octavia chinoise bon marché est arrivée en Europe, elle coûte chez nous à partir de 220 000 euros. Les Chinois Une autre Octavia chinoise bon marché est arrivée en Europe, elle coûte à partir de 220 000 euros chez nous. Les Chinois Une autre Octavia chinoise bon marché est arrivée en Europe, elle coûte à partir de 220 000 euros chez nous. Les Chinois
Une autre alternative chinoise à la Skoda Octavia est arrivée en Europe, sans surprise en Russie. Chez nous, elle est vendue 220 000 CZK en conversion, mais en Russie, elle sera disponible à partir du 1er décembre à un prix nettement plus élevé. Dans ce pays, elle pourrait coûter quelque chose comme 400 000 CZK si Geely, que Livan contrôle, décide de la proposer ici. Photo : Livan

Source.

Tous les articles sur Autoforum.cz sont des commentaires exprimant l’opinion des rédacteurs ou de l’auteur. À l’exception des articles marqués comme étant de la publicité, le contenu n’est pas sponsorisé ou influencé de quelque manière que ce soit par des tiers.